Coopération algéro-nigérienne pour un espace économique commun


Une importante délégation du Forum des Chefs d’Entreprise, conduite par M. Amar BOUKHEDDAMI, membre du Conseil exécutif du Forum, a pris part le 16 mars à Niamey (Niger), à un forum économique algéro-nigérien sous le thème «Promotion d’un partenariat gagnantgagnant». Organisé dans le cadre de la réunion de la 11ème session de la Grande commission mixte algéro-nigérienne, cet événement est placé sous l’égide des premiers ministres des deux pays. Marqué par une importante présence d’opérateurs économiques des deux pays, le forum a eu pour objectif de faire connaitre aux opérateurs économiques des deux parties les nombreuses opportunités d’échanges économiques et commerciaux. Dans son allocution, M. Amar BOUKHEDDAMI a fait savoir que c’est «la première fois qu’un forum algéro-nigérien de cette envergure soit organisé entre nos deux pays avec un parterre d’hommes d’affaires regroupant l’ensemble des secteurs économiques». Tout en marquant l’intérêt du FCE pour augmenter les échanges algéro-nigérien, il a considéré que «la construction de cet espace économique que nous appelons de tous nos vœux sera grandement servie par notre proximité géographique, par notre culture africaine, notre langue de travail commune et notre religion(…). C’est dire que nos destins sont intimement liés ». A cet effet, il a exhorté les opérateurs économiques des deux pays de «cesser de se tourner le dos» pour contribuer ensemble à la mise en place d’un partenariat mutuellement profitable. «Nous devons construire un espace économique où les échanges se situent dans une logique gagnantgagnant et non dans la logique de “donner et prendre”. Nous devons le construire ensemble pour le bien être de nos populations et le développement de nos économies», a recommandé M. Amar BOUKHEDDAMI. Cet objectif est réalisable «si nous nous mettons ensemble à chercher notre OCEAN BLEU d’échanges et de prospérité dans cette région du sub-sahara». De nombreuses opportunités de coopération peuvent être exploitées à l’avenir. Dans ce sens, il citera, entre autres, les produits agricoles comme les mangues et les agrumes, produits au Niger, et qui peuvent être utilisés dans la production de la mélasse de jus utilisée pour les jus de fruits au lieu de l’acheter d’Europe. Des entreprises algériennes, ayant un savoir-faire avéré, peuvent contribuer à la construction au Niger de grands projets d’infrastructure, routiers, d’habitation, hydraulique, ou encore de production d’électricité. «Les potentialités sont immenses, les hommes sont là pour les concrétiser, il reste cette volonté de faire, et de porter ce rêve en réalité économique». En créant un espace économique commun, l’Algérie et le Niger pourront booster les échanges commerciaux à travers la route transsaharienne. «Dans vingt ans, nous serons 60 millions d’habitants en Algérie et vous serez 75 millions au Niger. Nous pourrons constituer un marché prospère de 135 millions d’habitants, si nous anticipons la construction et la concrétisation de cet avenir afin de réaliser notre rêve, le rêve africain».

Previous Deuxième salon des matériaux de construction à Boumerdes
Next LOGISTICAL : 70 exposants en quête d’opportunités d’affaires